Le bonus de
Orphéa Fabula et les coulisses de Versailles

Bienvenue sur la page BONUS d’Orphéa Fabula !

Ici, tu vas pouvoir découvrir une foule d’infos :
clique sur les mots-clés et voyage à travers le temps !

Mots clés
Louis XIV

Tu te demandes à quoi pouvait bien ressembler Louis XIV en vrai ? Ça tombe bien ! Le roi a vite compris l’importance de son image et a laissé derrière lui de nombreux portraits ou statues à sa gloire !

Ici, tu peux le voir peint par Hyacinthe Rigaud en 1701.

Versailles

Sympa comme maison, non ? Si tu veux en savoir plus sur la vie à Versailles, le site du Château de Versailles met à ta disposition un dossier complet sur ce que c’était d’habiter là-bas au temps de Louis XIV ! http://www.chateauversailles.fr/resources/pdf/fr/public-spe/aide_visite_vie_de_cour.pdf

Travaux

Pour passer du pavillon de chasse de Louis XIII au magnifique palais que tu peux visiter aujourd’hui, Versailles a connu plusieurs phases de grands travaux ! Dans cette vidéo, l’équipe du Château te fait un récapitulatif des étapes de ce long chantier.

Palais-Royal

Le théâtre que visite Orphéa au début de son aventure est le Théâtre du Palais-Royal, aménagé par le cardinal de Richelieu dès 1637 et inauguré en 1641. De nombreux·ses comédien·ne·s ont foulé ses planches, y compris celleux de la troupe de Molière : l’Illustre Théâtre !

Molière

En vrai, Molière ressemblait à ça ! (ou du moins c’est ainsi que l’a représenté en 1658 le peintre Pierre Mignard, qui l’a bien connu de son vivant)

Le malade imaginaire

Le Malade Imaginaire, dont Molière prépare la première représentation lorsqu’il croise la route d’Orphéa, est la dernière pièce écrite par l’auteur avant sa mort. Elle a d’abord été représentée au théâtre du Palais-Royal en 1673, avec des intermèdes musicaux signés Marc-Antoine Charpentier (puis à Versailles après la mort de Molière en 1674).

Jardins de Versailles

Les jardins de Versailles sont super célèbres, et c’est principalement grâce au talent du jardinier de Louis XIV, André Le Nôtre, qui en a fait un lieu magnifique. Tu n’habites pas à côté de Versailles ? Pas de souci, tu peux quand même visiter les jardins grâce au site interactif du Château, ici :

http://animationjardins.ressources.chateauversailles.fr/

 

Trône

Installé à Versailles en 1681, le trône de Louis XIV ne lui servait que rarement : son usage était réservé à l’accueil des ambassades étrangères venues de loin et qu’il fallait impressionner. Au quotidien, le roi s’asseyait parfois à même le sol, sur le rebord de l’estrade !

Gobelins

Lorsqu’il croise Orphéa  à Versailles, Molière mentionne le fait que « Les Gobelins » voudraient bien recruter Pernette… et c’est un sacré honneur ! En effet, la Manufacture royale des Gobelins était à l’époque de Louis XIV la plus prestigieuse fabrique de tapisserie et d’ameublement de France.

Grands divertissements

En 1674, Louis XIV célèbre la reconquête de la Franche-Comté en organisant six jours de festivités, répartis du 4 juillet au 31 août. Comme l’explique Mine à Orphéa, c’est l’occasion de nombreux spectacles : théâtre, bien sûr, mais aussi banquets, illuminations et feux d’artifices, comme sur cette image !

Maquillage

Au XVIIème siècle, le maquillage est utilisé tant par les femmes que par les hommes ! La mode est au teint très pâle et lisse, ce qui incite les courtisan·e·s à utiliser un fard blanc épais, le blanc de céruse. Ils portent aussi du rouge aux joues et, pour les femmes, de faux grains de beauté en tissu appelés mouches.

Perruque

Les courtisan·e·s que croise Orphéa portent la perruque, suivant l’exemple du Roi-Soleil. Celui-ci a adopté cette coiffe après avoir perdu ses cheveux naturels dans une maladie, et il en a vite fait un véritable art ! Plume d’histoire t’en dit plus ici : http://plume-dhistoire.fr/quand-les-bourbons-portaient-perruques/.

Galeries des glaces

La Galerie des Glaces, lieu emblématique du pouvoir du Roi-Soleil, est encore en travaux au moment de la visite d’Orphéa à Versailles. Maintenant qu’elle est bien finie, tu peux même l’admirer depuis chez toi ! C’est par ici :

https://goo.gl/maps/fauhKcKEFco

Paris

Le Paris du XVIIème siècle était très différent de celui que tu peux parcourir aujourd’hui ! En effet, on doit beaucoup des lieux emblématiques de notre capitale au règne de Louis XIV et à son ministre Colbert. Le Louvre achevé, la place Vendôme, la porte Saint-Denis, l’hôtel des Invalides, l’église Saint-Sulpice… ? C’est grâce à eux !

Étiquette

L’étiquette, c’était un ensemble de règles super strictes qu’imposait Louis XIV à ses courtisan·e·s. À l’époque, ça ne rigolait pas ! Tout le monde organisait sa vie autour de celle du souverain.

D’ailleurs, chaque journée du Roi-Soleil suivait un déroulement bien précis, que tu peux découvrir ici : http://animationjourneeduroi.ressources.chateauversailles.fr/# !

Apollon

Le surnom du Roi-Soleil, c’est tout un symbole ! Le soleil, c’est l’astre de la vie, c’est la régularité… et aussi l’emblème d’Apollon, dieu grec des arts et de la musique. Celui-ci est mis à l’honneur jusque dans les appartements de Louis XIV ou dans l’aménagement des jardins (ici une statue) ! Pour plus de détails, tu peux consulter le mini-site du Château sur le sujet: http://www.versaillespourtous.fr/fr/611_P_Soleil.php

Quinquina

Le quinquina, le médicament utilisé pour soigner les malades de Versailles à la fin de l’histoire d’Orphéa, est en fait une poudre préparée à partir de l’écorce d’un arbre péruvien. Ses effets ont été découverts au Pérou par l’ordre religieux des Jésuites.

Chat noir

Sphynx, le chat d’Orphéa, est bien mal accueilli lorsqu’il débarque avec elle au XVIIème siècle ! En cause, la place bien plus importante accordée aux superstitions et à la religion à l’époque qu’aujourd’hui : on pensait alors que les chats noirs étaient les familiers des sorcières ! Dans la vidéo ci-dessous, Curiosimel fait un point pour toi sur les légendes qui entourent les chats.

Boutique

À son arrivée à Paris, Orphéa visite la boutique de Pernette, qui est inspirée du modèle ci-dessus. Dans ce genre d’atelier, les client·e·s n’entraient pas dans la boutique et les transactions s’effectuaient à la fenêtre.

INSCRIPTION NEWSLETTER

Ne manquez aucune actualité du Poulpe en vous abonnant à notre newsletter !